De la façon de parler à son enfant : Utiliser un vocabulaire varié pour Bébé

Parler à son enfant avec vocabulaire mimaman
«  T’as fait bobo où ? »
« Tu vas au dodo ! » – « Ah non, ça c’est caca ! beurk ! » – sont autant de petites phrases qu’on utilise quotidiennement pour parler à notre tout-petit. Pourtant, il me semble que cet individu doté du même cerveau que nous ( même s’il n’est pas encore mature ) n’est ni un chien ni un chat ( à qui on parle aussi en gagagogokaka ). Alors, pourquoi ne pas utiliser un vocabulaire complet, complexe et varié pour nos enfants ?

J’ai toujours aimé lire. J’ai toujours écouté ma mère me raconter des histoires. Et j’ai très vite eu envie d’apprendre à lire seule pour dévorer des bouquins encore & encore. Souvent, mes maîtres d’écoles ou mes professeurs étaient épatés de mon vocabulaire, de ma connaissance des mots et de tous les synonymes. Je ne comprenais pas pourquoi ça les impressionnait autant, vu que je n’avais jamais fourni aucun effort pour arriver à une telle connaissance de la langue française ( pour mon âge, à l’époque ).

C’est en grandissant, et notamment au lycée, que j’ai compris que mon amour pour les livres me servait. Les enfants qui n’ont pas le nez dans les bouquins ne savent pas s’exprimer aussi bien que les autres. Soit. Alors, comment faire pour donner un maximum de chance à nos enfants de savoir parler et comprendre ? La solution est simple : il suffit de leur parler normalement. Et d’arrêter de minimiser leurs capacités de compréhension.

De ce fait, dès sa naissance, j’ai demandé à mes parents de ne jamais parler à Honoré comme à un imbécile. Si nous lui proposons dès le début un maximum de vocabulaire, il saura forcément leur définition rapidement, et pourra les utiliser dès qu’il aura la capacité propre de parler.

Honoré tombe et se fait mal aux mains, il pleure. Je lui demande : « Où est-ce que tu t’es fait mal ? Tu t’es blessé à la main. Je vois qu’il y a une égratignure et ça te pique. » Je n’utilise pas le mot « bobo » – ni avec mes collègues, ni avec mon fils.
Honoré est fatigué, il est l’heure de se coucher. Je lui dis « On range la maison, et ensuite on ira dans ta chambre pour se coucher. Tu pourras te reposer et te détendre dans ton lit, et si tu le veux, tu pourras aussi t’endormir. » Ayant l’habitude d’entendre tous ces mots pour signifier le même acte, que je réduise en lui disant « tu vas aller te reposer » ou en demandant « est-ce que tu veux te détendre dans ton lit ? », il comprend de la même façon.
Honoré joue dans la terre, frotte ses mains dans l’herbe, et lèche ses doigts pour découvrir le gout amer du sol. Je lui dis « Ah non, ça, c’est sale. C’est de la terre, c’est mauvais, ça ne se mange pas ; et ça salit tes vêtements. » Il comprend, il frotte ses mains. Il ne parle de « caca » que lorsque je le change sur sa table à langer. Il comprend la vraie différence entre « sale » et « caca ».

Je m’applique à parler correctement à mon fils depuis qu’il est né : je pose les questions sans les réduire, je varie le vocabulaire, je fais les liaisons. Tant sur la forme que sur le fond, j’essaye de transmettre toutes mes connaissances à Honoré, quotidiennement et simplement. J’espère donc qu’il saura s’exprimer du mieux possible quand il parlera.
Je pense que c’est aux parents de donner aux enfants les bases nécessaires à leur bon développement. Et on ne peut pas nier le fait que la langue & le langage sont indispensables pour les humains. Nous fonctionnons en société, nous avons besoin de communiquer entre nous. Plus les capacités de compréhension sont larges, plus elles sont précises. Et cela va de pair avec le fait que les individus doivent savoir s’exprimer, poser au mieux les mots sur ce qu’ils veulent dire, formuler des phrases grammaticalement correcte, et avoir confiance en leur compétence. Ne pas utiliser de langage infantilisant envers nos enfants prouve, selon moi, la confiance qu’on accorde en leur compréhension et à leur capacité de déduction.
Je trouve qu’un enfant qui n’utilise pas de mots ridicules ( « bobo » « dodo » « caca » « guili » ) prend tout à coup beaucoup d’élégance.

Saviez-vous que les enfants qui signent savent communiquer par le langage bien avant l’acquisition de la parole ? ( note : « signer » signifie parler la langue des signes )

Et vous, alors ?

A voir aussi :
 » Pourquoi la maîtrise du vocabulaire est-elle si importante pour le développement des enfants ?  »
«  Langage : Bébé comprend  »
«  Langue des signes – la communication avant la parole « 

 

Maud_Mimaman

Publicités

2 réflexions sur “De la façon de parler à son enfant : Utiliser un vocabulaire varié pour Bébé

  1. eofdcjuf dit :

    Je suis tout à fait d’accord, bon sauf que dodo et bobo je l’emploie aussi mais pas dans des phrases bébé, ce sont des mots que j’utilise pour moi également.
    Pareil pour zizi et bidou, je les emploie, mais je dis tout aussi souvent pénis et ventre. Disons donc que je ne lui parle pas comme à un demeuré loin de là mais j’aime aussi les petits mots mimis à glisser dans une phrase construite ça va sans dire!
    Et effectivement je trouve ça tellement ridicule de parler le bébé!
    Bises

    J'aime

    • Maud dit :

      Je parle à mon fils comme je parle à ma mère ou à mes collegues en fait. J’utilise jamais « bobo » par exemple. En revanche « dodo » passe presque aussi souvent que « dormir » ou « se reposer ». Merci pour ton commentaire ! Bisous ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s