Les dessous de la grossesse (part. 2)

  Vous avez été nombreuses à me contacter par mail ou par MP pour me dire que mon article sur les dessous de la grossesse a calmé vos envies de maternité. Pourtant, ça n’était pas mon intention et j’ai bien précisé qu’il était question de -MON- expérience.

J’espère et ose affirmer que chaque grossesse est réellement différente, tant d’une femme à l’autre, que d’un enfant à l’autre !

Aujourd’hui et afin de rester dans le thème « les dessous de la grossesse », je vais vous parler des bons côtés – ceux que j’ai vécu.

Ma grossesse fut mémorable.

– Quand on fait un test de grossesse, au fond de soi, on espère toujours très fort qu’il sera positif. Au moment où on fait le premier test qui annonce la bonne nouvelle, entre l’instant du pipi puis l’analyse des petites barres, il se passe un tas de chose en nous. On se sent grandir, pousser, vivre un rêve, être capable de voler. Et quand on regarde enfin le résultat et qu’il donne la réponse attendue, c’est une effusion de joie, des larmes d’émotion, une explosion de vie dans le cœur. Et ça, il faut le vivre !

– Ensuite il a la joie de l’annonce. On sait qu’il faut se contenir jusqu’au troisième mois…..mais quand même ! En deux secondes, on sait à qui on va annoncer en avant-première cette excellente nouvelle. Mais surtout COMMENT ! ( Il en sera de même par la suite pour l’annonce ‘’officielle et publique’’ )

– On organise donc le rendez-vous avec les quelques ami(e)s et/ou la famille qui sera celui de la grande nouvelle. Petit apéro sans alcool, restau en tête à tête, appel téléphonique la voix tremblante … Bref, ça aussi, c’est que du bonheur. D’autant plus quand les réactions en face sont enthousiastes.
– On fait des tas de pronostics sur l’enfant à venir. Fille, garçon ? Grand, petit ? Beau, beau ? (oui on n’envisage jamais d’avoir un bébé moche) Nez de maman, yeux de papi ? Ça sera tout un tas de questions redondantes qu’on ne cessera pas de se poser jusqu’à la rencontre avec Bébé.

– On prépare l’arrivée de Bébé. Choisir la décoration de la chambre et laver les habits qu’on a achetés sont autant de petits plaisirs qui donnent du baume au cœur et de la force pour gérer les maux de grossesse.

– On fait une liste de prénoms. On annonce le prénom choisi. On récolte que des avis positifs ! (le premier qui ose dire que c’est vilain, on l’envoi en enfer en trois secondes chrono grâce à nos supers hormones d’humeur)
– Le petit bola de grossesse que l’on porte sur le ventre permet de manifester une grossesse en cours, si hélas le ventre ne se voit pas encore. Et quelle fierté quand d’autres femmes nous regardent d’un air complice : ça y est, on existe en tant que « femme enceinte » aux yeux de la société (ok, que des autres mamans, mais c’est déjà ça pour commencer).
– L’excitation ressentie avant les échographies. Tant avant de voir Bébé, que après quand on sait que tout va bien ! C’est un émerveillement que de voir un ptit humain faire des bonds dans son utérus quand on ne le sent pas encore.
– La première fois qu’on sait situer Bébé dans son ventre. On n’y croit pas trop, on attend confirmation de la sage-femme, et quand on sait qu’on ne se trompe pas, on se sent surpuissante.

– La première fois qu’on sent Bébé bouger. La deuxième fois. La troisième fois. La quatrième fois. La cinquième fois. Toutes les fois, jusqu’à la fin, sont des instants aussi étranges qu’intenses – qui n’appartiennent qu’à soi et à notre enfant.

– Le jour où notre gynéco nous dit si c’est un zizi ou une minette à qui on va donner la vie. Ce jour-là est un des plus beaux jours de la grossesse, surtout quand on a un bébé du sexe qu’on préférait.

– Chaque fois qu’on a une inquiétude sur la santé de notre bout, et qu’il suffit de poser sa main sur le ventre et de lui parler pour qu’il réponde par des mouvements et des petits coups. Ca fait pleurer de bonheur (eh oui les hormones jouent sur l’humeur, donc on pleure aussi très facilement de joie).
– Quand le ventre commence à s’arrondir et qu’on porte des t-shirt moulants pour que les gens sachent qu’on porte la vie et le monde.
– Quand les vieilles dames viennent nous parler de maternité pendant les courses. On sourit poliment comme si c’était ennuyant mais en réalité, on nage au-dessus des nuages !
– Quand on propose à des personnes chères à notre cœur de devenir parrain & marraine.

– Quand on reconnait son enfant à la mairie, et qu’il existe donc en tant que citoyen même si personne n’a encore vu son sublime sourire.

– Laisser la marraine poser sa main sur son ventre pendant 40mns en attendant que Bébé bouge, et en rire car il ne se manifestera jamais pour les autres.
– Sourires et échanger des regards compatissants avec toutes les femmes enceintes qu’on croise. On ne les voyait pas avant de tomber enceinte et maintenant on ne voit qu’elles !

– Suivre, semaine après semaine, l’évolution in utéro de Bébé grace à des bouquins géniaux ( notamment le carnet de grossesse des paresseuses que je vous conseille à toutes ).

– Ecouter le cœur de Bébé pendant les visites prénatales. Il bat vite, fort, bien ; et ça berce et repose.

– Se sentir très fière quand l’équipe médicale vous dit que vous avez un bébé au-dessus des moyennes par rapport aux courbes, très actif et réactif.

– Parler de grossesse, parler de grossesse, parler de grossesse, et parler de grossesse. On n’en a jamais marre, jusqu’à créer un blog sur le sujet !

– Quand le ventre est vraiment rond et qu’on peut voir le petit talon du bébé à travers la peau. Personnellement, chez les autres ça m’a toujours génée mais quand c’était à moi, c’était génial ! Des heures entières à fixer mon ventre, allongée, à attendre tranquillement que Honoré se décide à me marrave de l’intérieur… J’adorais.

– Etre prioritaire aux caisses de supermarché, simplement en posant ses mains sur ses hanches et en soufflant (parce qu’on a mal, soit, mais quand même).
– Pouvoir faire des caprices sans arrêt.

– Se lâcher sur la nourriture. On peut manger tout le temps, et n’importe quoi.

– Refuser d’aller à tel ou tel endroit parce qu’on est fatiguée et qu’on a mal (même si c’est pas vrai).

– Se faire accompagner quand on a envie de bouger.

– Toucher son ventre et le caresser sans arrêt. Une habitude difficile à perdre après accouchement.

– Avoir ENFIN des places assises dans le tram pendant les heures de pointe, Oh yeaaahhh !!!!
– Utiliser l’excuse « c’est parce que je suis enceinte » pour tout et n’importe quoi. Profitez-en et abusez-en, c’est ce que j’ai préféré et de loin !

– Partager son corps. C’est avoir de l’importance pour quelqu’un et ne plus penser qu’à soi – et quel plaisir qu’un petit être vivant dépende entièrement de notre bonne santé. Ça donne envie de prendre soin de soi, de se faire jolie pour être bien en dehors & en dedans.

– Profitez des dernières semaines de grossesse pour ne penser qu’à soi : coiffeuse, spa, esthéticienne, shopping, sorties entre copines …

– Parler à son bébé, lui raconter des histoires, lui caresser le dos & les fesses, lui faire écouter des chansons, en ayant une interactivité par ses mouvements.

– Boucler son sac pour la maternité quand la fin approche, voire même qu’elle est déjà là. ( Moi, par exemple, j’ai préparé ma valise le jour même où j’ai fissuré ma poche des eaux. )

– Voir son ventre tout gros se tendre vers le bas. (fin imminente, excitation dingue)

– Ressentir et éprouver un million de choses quand c’est enfin le moment d’aller accoucher. C’est autant stressant que beau.

Je pense avoir fait le tour. Si je ne me suis pas sentie bien dans mon corps pendant cette drôle d’aventure, vous l’aurez compris, j’ai su trouver beaucoup de petits plaisirs et de grandes joies par ailleurs.

Je me suis sentie épanouie et affirmée en société grâce à mon ventre qui m’a donné un nouveau statut et une nouvelle importance, aux yeux de tous – mais de moi-même surtout. Cette grossesse m’a révélée, et mon rôle de maman a confirmé que je suis faite pour être mère.

Je vous souhaite à toutes de vivre de très belles aventures et de n’en garder que les bons souvenirs. N’ayez pas peur, car pour chaque mauvais côté il y a surtout de choses puissantes à vivre et connaitre.

10686658_1539367842988095_5243603407180629140_n

Le jour où j’ai su que je portais un garçon, j’ai fais l’annonce auprès de ma famille & de mes amis par le biais de cette photo. Tag par ma belle-sœur.

Bien à vous !

MaudSig

Publicités

7 réflexions sur “Les dessous de la grossesse (part. 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s